terça, 18 de fevereiro de 2020 ISSN 1519-7670 - Ano 20 - nº 1074

Robert Solé

‘Non, décidément, ça ne passe pas. On pensait qu’après avoir renoncé à son deuxième salaire Henri Proglio était tiré d’affaire. Mais non ! Le patron d’EDF (1,6 million d’euros annuels, soit 45 % de plus que son prédécesseur) et président du conseil d’administration de Veolia Environnement (bénévolat) reste en difficulté.

Ses deux fauteuils, attachés l’un à l’autre, sont trop volumineux. On a beau les présenter de face, de profil, à l’horizontale, à la verticale, tirer, pousser, rien n’y fait. Ça ne passe pas. Encore heureux qu’on ait oublié ses sièges d’administrateur de CNP Assurances, Lagardère, Natixis et Dassault Aviation. Un tel chargement nécessiterait une camionnette de déménagement. Le biprésident n’est pourtant pas le patron le mieux meublé de France. Mais voilà qu’il est question aussi d’une ‘retraite chapeau’ : un petit cadeau de départ que Veolia aurait mis de côté pour son fidèle serviteur, le moment venu. ‘Cela s’appelle une retraite complémentaire’, déclare l’intéressé. Un complément de 13,1 millions d’euros. Ce ne serait plus un chapeau, ni même un haut-de-forme, mais une tour Eiffel en or massif. Comment va-t-on faire ? Vous verrez : ça ne passera pas.’

RODAPÉ